AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Ce doux susurre qui vous accapare vous à dis d’un ton suave et velouté qu’il souhaitait que vous veniez à lui, maintenant que c’est le cas, sombrez dans la douce folie de Lullaby Tokai, la ville au glas subtile de sadisme. [Hentai|Yaoi|Yuri] NC-14.
 

Partagez | 
 

 Caerulea Lacrima; une goutte d'eau dans l'océan [EN COURS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

♥.Date d'inscription : 04/09/2011
♥.Messages : 3
♥.Je possède : Une vie, un esprit et un coeur
♥.Propriété de : Moi-même je crois...
♥.Situation amoureuse : c'est quoi l'amour ?

MessageSujet: Caerulea Lacrima; une goutte d'eau dans l'océan [EN COURS]   Dim 4 Sep - 10:25

┼.Caerulea Lacrima.┼



x.Identity Card.x
...............................................
    +.Nom.+ Le vieillard cultivé qui m'a trouvée sanglotant sur le rivage, a trouvé un intérêt à me nommer Lacrima, "Larme" en latin.
    +.Prénom.+ Caerulea; "Bleue" il fut un temps... de nouveau vous reconnaitrez la signature de ce même homme de lettres, passionné des langues anciennes -malheur à vous si vous oser les qualifier de "mortes" devant lui, ses jurons fleuris font aussi mal que des bouquets de roses... avec plus d'épines et moins de pétales.
    +.Âge&Date de Naissance.+ 17 ans, née par une nuit sans lune aux environs de minuit, le 19 février.
    +.Lieu de Naissance.+ Mer d'Irlande, à proximité du rivage de l'île de Man.
    +.Sexe.+ Féminin jusqu'à preuve du contraire!
    +.Orientation Sexuelle.+ Je n'y ai jamais vraiment réfléchi...
    +.Domestique ou Libre?.+ Née libre, puis domestiquée... à nouveau libre ? qui sait...
    +.Race.+ Suis-je un poisson ?
    +.Groupe Sanguin.+ AB
    +.Nationnalité.+ Anglaise.
x.Descriptive File.x
...............................................

      +.Psychologie.+
      Suivre le mouvement des marées, s'avancer pour mieux se retirer, être changeante comme les flots, impétueuse tel une vague, puis douce comme l'écume... Être moi en fin de compte, juste moi, une goutte de plus dans ce monde mi-sable mi-eau, mi-rêche mi-doux. On me dit rêveuse. Il est vrai que je suis une créature souvent détachée du monde, vous regardant de très près en vous souriant de loin, être là et être ailleurs à la fois; tourbillon d'écume allant et venant sur le rivage de la réalité. Vous avez quelque chose à me dire ? C'est important ? écrivez-le donc sur le sable, ma mémoire s'en abreuvera à mon prochain passage, pour l'instant je danse avec les poissons... Encore quelques instants et me voilà avec vous, un grand sourire aux lèvres mais mon regard toujours impénétrable ancré dans le votre qui ne présente pas assez d'aspérités mystérieuses pour que je m'attache à vous plus d'une poignée de secondes. Sur ce je m'en vais. Vous me parliez ? Tant pis, le vent a tourné et l'on m'appelle ailleurs. Loin, très loin. Au delà de ces murs, au delà de cette ville, me laissant porter par mon esprit limpide comme un lac secret miroitant sous le clair de lune. Il m'arrive d'avoir des moments d'absence. Mes pensées insondables défilent derrière mon regard aqueux, abysses de lumières enrobées de mystères.

      Être ici ou ne pas y être, là est la question. Vous l'avez compris, la concentration à forte dose n'est pas mon fort, je l'avoue bien volontiers. Je ne suis pas du genre à supporter ou tenir de longs discours. La politique m'ennuie au plus haut point, ne le prenez pas mal chers politiciens, mais en toute sincérité, je ne vois aucun intérêt dans vos bavardages en dentelles raffinées et parsemés d'enluminures -certes très jolies- mais qui au final obscurcissent plus vos intentions qu'elles ne les illuminent. Non, décidément je n'aime pas la politique et ses discours tout fait. Ni les entourloupes d'ailleurs, bien que parfois ça aille de paire. Je tente d'être une personne sincère, ce qui pour moi n'est pas bien difficile au final vu que la vérité n'est pas une chose qui m'effraie, étant donné que je maintins toujours la distance avec la réalité pour conserver une vision d'ensemble sur chaque situation. Je méprise le mensonge, je méprise l'obscurité des propos, je sais que les mots sont des armes et que les armes blessent quelles que soient leur nature. Alors je reste loin, hors d'atteinte, je fais ce que je peux de là où je suis, lovée derrière la muraille de glace de mes pensées que je vous mets au défi de percer. Je dis vrai et entend vrai, ou je disparais au plus profond de mon être et je me ferme tel une huître sur le grain de sable qu'est mon existence. Un réflex naturel pour moi, l'instinct le plus basique qui soit. Tout pour ne pas me perdre. Les méandres de la mauvaiseté humaine sont, je le sais, des plus traitres qui soient, et nombres sont ceux qui en s'y aventurant n'en sont jamais revenus, soit parce qu'elles les ont étouffés, soit parce qu'ils y ont pris goût. Tant d'êtres égarés dans les ténèbres...

      En déduisez-vous que j'ai peur du noir ? C'est exact et inexact. Il est vrai que j'ai peur de m'égarer si j'approche d'une zone d'ombre, j'ai déjà tellement de mal à ne pas sombrer dans mes propres interrogations, tellement de mal à ne pas me perdre moi-même dans cette société où ceux de mon "espèce", s'il est possible de rassembler tous les zodiaques sous une même bannière, ne sont pas avantagés, bien au contraire... Et dans cet univers dur et sans pitié, j'ai besoin d'un guide, de plusieurs guides même, et ces bienheureux élus, il s'agit de vous. Oh, je ne vous demande pas de me tenir la main, j'aurais trop peur de salir la votre, mais je souhaiterai simplement que ma curiosité soit satisfaite, que l'on m'autorise à mieux connaitre ce monde que vais devoir côtoyer toute mon existence de créature inférieure. Je suis distraite, mais cela ne m'empêche pas de vouloir tout apprendre. Les mots peuvent être des armes, mais ils ne sont rien sans la Connaissance. Je veux être capable de me défendre, quelle que soit l'arme que j'ai à ma disposition .Pour cela je me force à faire le premier pas.

      Un pas vers vous. La curiosité ça s'entretient ou ça s'oublie, et je ne veux pas oublier, alors je me dois de passer outre mon appréhension de l'inconnu. Et au fond de moi je souhaite, comme chacun de vous, trouver ma place... Alors je m'avance, j'ose, je demande et je souris. Le masque, bouclier à même la peau. Oui, je souris beaucoup, bien que mon regard reste un mystérieux voile qui ne laisse rien paraître de mes émotions. Je rougis également, il est facile de me gêner en vérité, je ne vous dirais pas de quelle façon pour ne pas vous tendre la perche, mais il est vrai que la protection dont je m'entoure doit avoir l'air bien naïve et innocente en comparaison des démons qui me rongent de l'intérieur, dissimulés au monde par deux pupilles turquoise qui ne parlent pas. J'ai l'air bonne vivante, alors qu'en réalité, je suis presque morte. Enfin, " Le regard est le miroir de l'âme" dit-on. Avec le temps j'ai appris à faire en sorte qu'il n'en soit rien, car ma détresse ne transparait pas, ou rarement. Cela ne m'empêche pas de rire et de tenir droite en votre présence, pour peu que vous sachiez captiver mon attention, je pense être capable de me montrer d'agréable compagnie.

      Cependant je suis et demeure une hybride solitaire, mon passé ne m'encourageant pas vraiment à rechercher des liens. Je suis un coquillage effrayé qui vient tout juste de croire à un semblant de sécurité dans le monde qui l'entoure. Entrouverte, j'observe, pas encore suffisamment confiante pour m'ouvrir. Tout pour ne pas me perdre ai-je dit précédemment. J'ai oublié deux mots: tout pour ne pas me perdre à nouveau... Le passé et les expériences nous forgent aussi surement que le marteau sur l'enclume façonne le métal. Mais de mon passé je ne vous parlerai pas, je n'offrirai pas de faille, toujours sur le qui-vive, tout pour ne pas replonger dans le noir, tout pour ne pas retourner dans une cage... Je suis en fuite.

      La fuite inclue la prudence, du moins si l'on ne souhaite pas être rattrapé. Dotée d'une espèce de sixième sens, je perçois la tension autour de moi. Non, il ne s'agit pas d'un super pouvoir, mais de mon sens de l'observation qui ne s'endort jamais. Et de mon instinct de survis que j'ai appris à développer au fil des années, au fil des situations plus angoissantes les unes que les autres que j'ai été amenée à affronter. Paranoïaque sur les bords. Mais juste un peu. Et lorsque ce sentiment d'agression se fait sentir, je ne peux m'empêcher de me repasser en mémoire les mouvements de combat à mains nues de base que mon ami d'enfance m'a enseignée autrefois et que j'ai souvent reproduit seule pour les garder en mémoire, et moins seule pour ne pas perdre le coup de main. Non, pas pour attaquer, juste pour me défendre. Clés de bras, les endroits stratégiques où frapper -et frapper fort de préférence -, immobiliser un individu plus gros que soit en trois mouvements, préférer les coups de coudes dans la colonne vertébrale plutôt que les coups de poings... Ce genre de savoir que soit on a la chance d'apprendre jeune, soit on apprend sur le tas, encouragé par une bonne bouffée de peur et un soupçon de colère. La mer est calme, mais il suffit d'une bourrasque pour qu'elle emporte tout. Suis-je ici ou suis-je ailleurs ? Non, je suis ici ET ailleurs. Le poisson ne dort jamais que d'un œil.

      Du moins quand il arrive à dormir. La solitude est un besoin naturel pour moi, je dois m'isoler le plus possible lorsque de mes tourments reprennent le dessus, ce qui arrive principalement la nuit. Oui, j'ai le sommeil agité... Seule l'eau peut me calmer, telle la caresse d'une main maternelle sur la joue, tel un baiser sur mon front, tel un phare dans le noir. Je ne suis pas née dans les flots pour rien. Ainsi donc il y a des jours de profondes mélancolies, des jours où, malgré mon malaise, je ne peux rejoindre un coin d'eau pour m'y baigner, pour m'y oublier un instant. C'est dans ces moments là que je deviens plus vulnérable. Mon regard se voile encore d'avantage, et c'est comme si je me faufilais dans une deuxième coquille en sentant la première prête à craquer. C'est alors que je peux devenir très bavarde soudain, parlant d'une voix monocorde, philosophant avec un calme olympien qui trahit une profonde lassitude... Ma vie est un combat permanent, qui a ses hauts et ses bas, tout comme la mer a ses marées... Je glisse sur le sable, puis je me retire. Au fond, qui suis-je ?


      +.Physiologie.+
      Comment suis-je ? Je suis caerulea, oui, je crois que c'est bien cela, je tiens de ma mère bleue... D'ailleurs, ne dit-on pas "telle Mer telle fille" ? La météorite qui m'a apportée en ses lieux ne m'a pas déposée dans l'étreinte d'une vague pour rien, je semble m'être affinée au fil des flots. Les caresses de l'eau ont poli ma peau, la rendant aussi douce et lisse que le nacre tapissant l'intérieur des coquillages. Autrefois très fragile, elle supportais mal les rayons du soleil et la brulait et la craquelait tel un sol veiné de creux poudreux, assoiffé. Mais le temps à passé et mon organisme s'est peu à peu accoutumé à cette existence terrestre, en contact direct avec les rayons de l'astre impérial. Ma peau est désormais légèrement satinée, moins vulnérable. Heureusement cependant que je ne suis pas née proche d'un désert aride, je n'aurais pas tenu plus de quelques heures hors de l'eau. Tout mon corps est-il réellement une peau de pêche ? Non. Fille des flots, sœur des poissons. De petites écailles d'un bleu royal parsèment mon corps en petits groupes de joyaux scintillants au niveau de mes épaules et de mes cotes, de mes ongles - qui ne sont point de kératine, que mon corps ne produit pas, mais d'écailles- ainsi que sur ma nuque. Pour ce qui est de mes pieds, ils sont plus aplati que ceux des humains, et mes "orteils" sont reliés entre eux par une sorte de très fine membrane translucide qui me permet de me mouvoir dans l'eau aussi rapidement qu'un plongeur avec des palmes. Non, encore plus vite en fait, après tout, je suis aussi un poisson... Et tout comme eux, je possède des branchies à peine visible sous mes oreilles, à la limite de ma mâchoire et empiétant de quelques centimètres sur le haut de mon cou. Que quelqu'un essaie de me noyer, que je ris un peu...

      Néanmoins je vous l'accorde, ma couleur de peau et mes écailles dissimulées sous le tissu de mes vêtements ne sont pas vraiment les premières choses que l'on remarque en m'apercevant dans la rue. Caerulea. Ma chevelure est bleue. Une cascade presque au sens propre du terme, de mèches bleutées s'écoulant joyeusement sur mes épaules et jusqu'au creux de mes reins, donnant l'illusion d'une fontaine turquoise s'écoulant au rythme de mes pas et du vent jouant avec elle comme il caresse les flots. Je n'ai fait aucune teinture d'aucune sorte, je n'en aurais de toute façon pas les moyens, je suis née ainsi. Petit poisson bleu échoué sur la plage. Cette particularité ne me déplait pas, après tout j'aime le bleu, néanmoins elle n'est pas vraiment un avantage mais plus une gêne. Non seulement j'attire beaucoup de regards sur moi dans la rue, ce qui me met passablement mal à l'aise, mais de plus, n'oublions pas que je suis en fuite, je n'aimerai pas que l'on me retrouve à cause de cette étrange couleur de cheveux turquoise. Vous avez donc compris que je ne les ai pas teint, vous comprendrai sans doute que je ne peux pas les teindre non plus, étant donné que comme dit précédemment: je n'en ai pas les moyens. La seule façon que j'ai trouvé pour me faire remarquer le moins possible, est tout simplement de retenir mon abondante chevelure à l'aide de plusieurs broches pour en réduire le volume, puis de dissimuler le tout sous le capuchon d'une cape que j'enfile constamment pour me promener dans les rues animées.

      En accord parfait avec ma crinière, je suis dotée d'une paire d'yeux aussi clair et limpide que les eaux paradisiaques des Caraïbes. Clairs, mais insondables. Ils n'expriment que deux expressions bien distinctes, trois à la rigueur : l'indifférence, la réflexion et la terreur lorsqu'elle me submerge. Jusqu'ici, je n'ai jamais trahi aucune autre émotion, mais je ne m'avancerai pas d'avantage sur la question, étant donné que j'ignore encore bon nombre de chose, et je suis encore jeune... Je n'ai pas encore tout ressenti. Autour de ces deux point d'eau limpide et froide, mes traits doux sont les seuls à exprimer un semblant de vie. Mes pommettes légèrement rosées encadrent une bouche pulpeuse qui s'étire souvent en un sourire poli, et qui s'ouvre sur de petites dents blanches et bien rangées qui se plaisent à se montrer lors d'éclats de rire, étincelant à la place de mon regard clos. Vous pourrez néanmoins noter que mes canines sont plus effilés que celles des humains, comme toute ma dentition d'ailleurs, mais il faudrait l'observer pendant plusieurs minutes en plissant les yeux pour s'en rendre compte. Et je ne ris pas quelques minutes.

      Pour ce qui est de mon corps, je dois dire que la Nature n'a pas été dure avec moi. Je m'élève d'une silhouette fine et élancée, atteignant presque le mètre soixante-dix en me tenant droite. J'ai des formes plutôt généreuses, que je dissimule cependant sous les vêtements les plus amples que je puisse trouver pour éviter de me faire remarquer. Toujours jouer la carte de la discrétion. Mes hanches fines ondulent souplement, donnant grâce et élégance à ma démarche que je n'ai jamais pris la peine de soigner, toutes deux portées par une paire de jambes longues et fines - sans doute trop vu les soucis d'équilibre dont je suis régulièrement victime.

      Mes tenues vestimentaires pour les virées en ville se résument à des pantalons ou jupes d'un bleu sombre, surmontés de chemises amples d'un gris nuageux, le tout surmonté d'une cape couleur perle dont je rabat sans cesse le capuchon sur mon visage anxieux. Autrement, étant donné que je suis le plus souvent éloignée de la population, j'ai pour habitude de n'enfiler qu'un simple paréo aussi bleu que mes cheveux, accompagné d'un bandeau sur la poitrine de la même couleur. Présents d'un passé plus lointain que celui de cet hier si sombre...


      +.Biographie.+


    x.Cherry on the Cake.x
    ...............................................

    +.Aime&Déteste.+ Les trop fortes chaleurs me font souffrir d'atroces migraines et la déshydratation ne me réussie guère. Les mensonges et prises de têtes m'ennuie ou me hérisse l'échine selon mon humeur. J'ai en horreur les cages, la simple idée de captivité me fait monter les larmes aux yeux. Je suis claustrophobe. Autre chose.. Les braconniers de l'océan - il est vrai qu'être née dans l'océan rapproche de ses habitants- me donne de l'urticaire et une envie irrésistible de mordre... Je n'aime pas le réglisse non plus, ni les hommes vulgaires.
    Ce que j'aime... le chocolat tout d'abord. Ensuite, j'aime voir les gens heureux, ainsi que les enfants. Ils m'inspirent une tendresse et une douceur que je témoigne pour très peu d'individus. Evidemment, j'idolâtre la mer et l'île où j'ai été trouvée, c'est la seule parcelle de terre que je considèrerai toujours comme mon chez-moi. Ailleurs je suis une étrangère, et les regards hautains que me lancent certains humains me fait frémir de dégout et d'effroi.

    +.Signe Astrologique.+ Née à la limite entre Verseau et Poisson, mon signe astrologique penche finalement vers ce dernier.
    +.Ce qu'il/elle a l'habitude d'avoir dans ses poches.+ Dans mes poches ? Des coquillages et un peu de sable sans doute.


      +.Comment avez-vous connu le forum?.+ Grâce à un top-site


Dernière édition par Caerulea Lacrima le Lun 5 Sep - 15:57, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♥.Date d'inscription : 17/05/2011
♥.Messages : 43
♥.Je possède : Eh bien, rien du tout. Juste mon cerveau. C'est déjà pas mal, non ?
♥.Propriété de : Pardon ?
♥.Situation amoureuse : Coeur à prendre n_n

MessageSujet: Re: Caerulea Lacrima; une goutte d'eau dans l'océan [EN COURS]   Dim 4 Sep - 10:47

    Bienvenue ! Un bien joli nom ma foi ^^
    Bonne chance pour ta fiche =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♥.Date d'inscription : 04/09/2011
♥.Messages : 3
♥.Je possède : Une vie, un esprit et un coeur
♥.Propriété de : Moi-même je crois...
♥.Situation amoureuse : c'est quoi l'amour ?

MessageSujet: Re: Caerulea Lacrima; une goutte d'eau dans l'océan [EN COURS]   Dim 4 Sep - 11:59

Merci beaucoup Embarassed
J'essaie de la finir rapidement =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♥.Date d'inscription : 03/12/2010
♥.Messages : 439
♥.Je possède : Mon titre de comte.
♥.Propriété de : Plaît-il?
♥.Situation amoureuse : L'amour est le pire des cyanures; le seul antidote, on le trouve en l'être sur lequel son dévolu fut jeté.

MessageSujet: Re: Caerulea Lacrima; une goutte d'eau dans l'océan [EN COURS]   Lun 5 Sep - 4:50


    Morgan m'a devancé. ~
    Allons bon, je te souhaite une bienvenue sur le forum ainsi qu'une bonne chance en ce qui concerne ta fiche.
    Pour ma part, moi-même suis en admiration devant les langues mortes et je confirme que Lacrima est un bien joli nom. ~ *A bien nommé un compte Lacrimosa xw-*
    Outre cela, tu serais le premier poisson du forum, cela change des vilaines bestioles. ~ *Se tait.*
    Bonne continuation une fois de plus. o//


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lullaby-of-zodiac.forumgratuit.org

♥.Date d'inscription : 04/09/2011
♥.Messages : 3
♥.Je possède : Une vie, un esprit et un coeur
♥.Propriété de : Moi-même je crois...
♥.Situation amoureuse : c'est quoi l'amour ?

MessageSujet: Re: Caerulea Lacrima; une goutte d'eau dans l'océan [EN COURS]   Lun 5 Sep - 8:09

Merci beaucoup pour l'accueil (:
Quant au nom, j'avoue l'avoir en tête depuis un moment, avec quelques autres... 'fin bref. Embarassed (très joli, Lacrimosa (: )
Espérons que je ne sois pas une vilaine bestiole oui... vous pourrez bientôt en juger par vous-même Laughing
*s'attrape par l'oreille et se lance sans ménagement devant sa fiche qui - étrangement- ne s'est pas écrite toute seule pendant la nuit* Je me hâte ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♥.Date d'inscription : 03/12/2010
♥.Messages : 439
♥.Je possède : Mon titre de comte.
♥.Propriété de : Plaît-il?
♥.Situation amoureuse : L'amour est le pire des cyanures; le seul antidote, on le trouve en l'être sur lequel son dévolu fut jeté.

MessageSujet: Re: Caerulea Lacrima; une goutte d'eau dans l'océan [EN COURS]   Ven 25 Nov - 23:16

Je déplace. Envoies-moi un MP si tu désires récupérer ta fiche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lullaby-of-zodiac.forumgratuit.org
«Contenu sponsorisé»




MessageSujet: Re: Caerulea Lacrima; une goutte d'eau dans l'océan [EN COURS]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Caerulea Lacrima; une goutte d'eau dans l'océan [EN COURS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lullaby of Zodiac :: †.Hors RPG.† :: « Archive.»-
Sauter vers:  
En cours :')
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit